La Croix Rouge à Caen

Interview de Claude GAUTIER, Vice Président de l’Unité Locale de la Croix-Rouge à Caen depuis 2014.

Soutenir l’engagement associatif et citoyen est une position de l’ISNAR-IMG. Découvrez-en un exemple à travers les équipes mobiles de la Croix-Rouge à Caen.

Quel est le rôle des équipes mobiles?

Les équipes mobiles se déplacent tous les soirs dans un camion à trois endroits différents. En pratique, les équipes distribuent des boissons chaudes et de la nourriture grâce à un partenariat avec des boulangeries. Nous distribuons aussi quelques couvertures, vêtements, … On ne demande rien à personne, tout le monde peut s’approcher du camion.

Il y a aussi une part très importante de lien social où l’écoute et la discussion occupent une grande place.

Il y a deux ans, nous avons accueillis 13 000 personnes, l’an dernier 27 000. Cette augmentation est en lien avec l’arrivée des migrants fin décembre 2015.

Quand intervenez-vous ?

Nous avons une obligation de permanence du 1er novembre à fin mars mais l’an dernier, nous avons fini fin mai. Nous sommes présents 7 jours sur 7, de 19h à 22h-22h30.

A qui venez-vous en aide ?

Il y a trois « types » de bénéficiaires différents : Place de la République des locaux, avec de plus en plus de jeunes ; au port, des migrants, des gens en situation irrégulièreet des jeunes de Calais ;  à la gare, des migrantsplutôt en situation régulière.

Y-a-t-il des personnes qui sont logées ?

L’organisation pour les logements est gérée par les services du 115 : le SAMU social.

Des personnes sont hébergées au siège social sur dossier.

A Caen, d’autres associations font de la distribution alimentaire, mais il y a toujours des gens, des familles parfois qui sont dehors. Ce sont des situations difficiles psychologiquement et qui constituent un scandale, notamment les mineurs livrés à eux-mêmes, sans parents : ce n’est pas normal ! La loi exige qu’ils soient pris en charge par les services de renfort. Le service qui travaille avec le 115 s’est mis en grève début novembre afin de dénoncer les manques de moyens des services d’aide à l’enfance…

Quel est votre rôle au SAMU social de Caen ?

Je coordonne l’organisation de tout ça : je m’assure que le camion soit en état, je gère les achats et j’entreprends les démarches commerciales et celles pour obtenir des financements, j’effectue des achats alimentaires, je m’occupe du recrutement des bénévoles…

Qui sont les bénévoles et comment sont-ils recrutés?

Au planning, 11 personnes sont inscrites chaque soir, soit  160 bénévoles sur l’année. Il faut être âgé de plus de 16 ans et avoir un accord parental pour les mineurs, être connecté à internet car l’organisation ne peut fonctionner sans. Nous avons des étudiants, des travailleurs, des retraités et nous travaillons en équipes qui sont soudées, solidaires et efficaces.

A l’entrée il y a un entretien, puis nous expliquons les modalités des maraudes, le côté social. Les nouveaux sont mis sur le terrain avec des anciens. Ils suivent une formation psychologique dans l’année car il y a des situations qui sont difficiles à assumer et il faut apprendre à s’en détacher.

Quelles sont les qualités des bénévoles ?

Principalement l’écoute : certains bénéficiaires suivent le camion aux trois points de rencontres, ils sont présents depuis longtemps, et nous suivent car ils ont besoin de discuter et  apprécient la présence. L’écoute et l’humanité sont donc primordiales.

 

Propos recueillis par

Agnès CORNU,

Chargée de mission Statut de l’interne.