Riga … à la découverte de l’Association Médicale Mondiale

Riga, 23 au 29 Avril 2018, j’assiste au 209ème Conseil de l’AMM autrement dit l’Association Médicale Mondiale. Je m’appelle Charlotte Calla, je suis interne de Médecine Générale à Nancy et Vice-Présidente de l’ISNAR-IMG*.

Les Réunions ne commençant que le 25 Avril, j’ai pu profiter de la capitale Lettone auparavant.

Maison des Têtes noires ; c’était à l’origine, la résidence provisoire des marchands célibataires de passage à Riga, formant ainsi la confrérie des Têtes noires.

Riga est une ville dynamique. Le vieux centre-ville date du XIIIème siècle, on peut trouver de nombreux, restaurants, cafés, musées et églises. Cette ville historique dispose d’une architecture variée, aux influences germano-baltiques, russes, polonaises et juives.

Cathédrale protestante de Riga, c’est la plus grande église médiévale des pays baltes, construite entre 1201 et 1215.

Le 25 avril, les choses sérieuses commencèrent avec la réunion du réseau des jeunes docteurs, le JDN[1], présidé par la dynamique Dr Caline MATTAR.

La présentation des principaux dossiers d’actualité entama la journée. Le réseau effectue un travail important sur diverses problématiques allant du changement climatique, la santé en passant par le bien-être des médecins, les résistances aux antimicrobiens ou la formation médicale dans le monde. Des groupes de travail sont mis en place et des échanges réguliers, par le biais de conférences audiovisuelles, permettent de stimuler le réseau.

Le Président de l’AMM, Dr Yoshitake YOKOKURA (Japon) a pu nous accorder un entretien privilégié, nous présentant le travail de collaboration entre l’AMM et l’OMS[2]. En compagnie du Dr Ardis D.HOVEN (Etats-Unis), nous avons pu aborder la place des femmes dans la profession médicale et l’importance du leadership. Le Secrétaire Général, Dr Otmar KLOIBER (Allemagne) nous a questionné sur la formation des internes ainsi que la position des jeunes médecins vis à vis des infirmières de pratique avancées. Dr Joseph HEYMAN (Etats-Unis) Président des Membres Associés, et venu nous rencontrer et apporter son soutien au JDN.

Au cours de la journée, de petits groupes de réflexion ont été mis en place sur les conditions de travail des étudiants, internes et jeunes médecins dans le monde.

26 Avril, journée  d’ouverture du Conseil.  Pendant trois jours, des médecins du monde entier sont réunis à Riga.

Monument de la Liberté érigé en l’honneur des soldats morts entre 1918 et 1920 pour l’Indépendance lettone.

L’Association Médicale Mondiale est créée en 1947, suite à la Seconde Guerre Mondiale, et surtout le tristement célèbre procès de Nuremberg qui jugeait, après les dirigeants du Troisième Reich, des médecins ayant participé notamment aux expérimentations médicales sur des prisonniers.

Un groupe de médecins issues de 27 pays différents se sont réunis à Paris avec pour objectif de « servir l’humanité en s’efforçant d’atteindre les plus hautes normes internationales en matière d’enseignement médical, de science médicale, d’art médical, d’éthique médicale et de soins de santé pour tous les peuples du monde »[1].

Concrètement, l’AMM élabore, sous forme de déclarations, de résolutions ou de prises de position, des recommandations éthiques pour les médecins.

Chaque déclaration, recommandation ou résolution suit un cheminement précis. Le Conseil aborde une problématique et propose un document de travail, chaque membre peut ensuite émettre des commentaires sur celui-ci. Le document passe en Conseil en avril, et, s’il est adopté, il passe ensuite en Assemblée Générale en octobre. S’il ne l’est pas, la phase de commentaires et discussions est répétée. L’Assemblée Générale représente la principale instance décisionnaire de l’association, celle-ci constitue l’étape ultime dans le cheminement de documents officiels de l’AMM.

Une multitude de questions sont traitées par l’association, on peut notamment citer, la déclaration d’Helsinki (1964) sur la recherche médicale impliquant des sujets humains, la déclaration de Tokyo (1975) concernant la prévention de la torture et enfin, la déclaration de Genève (1948), qui est, quant à elle reconnue comme le serment d’Hippocrate moderne.

Cathédrale de la Nativité, édifice orthodoxe. Elle fut secondairement transformée en église luthérienne pendant la première guerre mondiale, puis fermée par les autorités socialistes soviétiques. Ce n’est qu’en 1991, depuis l’indépendance de la Lettonie, qu’elle est rendue au culte orthodoxe.

L’AMM se veut proactive en abordant aussi les problématiques du monde moderne comme, par exemple, la télémédecine, la pollution, la fin de vie… l’objectif étant toujours de mettre l’éthique médicale au centre des débats.

Rencontre du JDN avec : Dr Otmar KLOIBER, Dr Ardis D.HOVEN, Dr Yoshitake YOKOKURA et Dr Joseph HEYMAN (au 1er rang de gauche à droite), Riga, le 25 avril 2018. La fille au milieu avec des lunettes, c’est moi !

Je tiens à remercier, l’ensemble du réseau des JDN pour leur accueil, le CNOM sans qui, je n’aurais jamais pu vivre cette expérience, et surtout, Marie COLLEGRAVE-JUGE conseillère juridique de l’AMM, pour le temps précieux qu’elle m’a accordé afin de m’expliquer le fonctionnement de l’AMM.

 

Pour le Bureau de l’INSAR-IMG,

 

Charlotte CALLA,

Vice-présidente ,

Interne à Nancy

[1] Source : Site AMM

[1] Junior Doctors Network

[2] Organisation mondiale de la Santé