Tout savoir sur la R3C

Les études médicales n’ont pas changé depuis une quinzaine d’années. Compte tenu de l’évolution de la pratique médicale et de la société, les réformer était devenu une nécessité. Le mouvement s’est mis en marche en 2010 avec la PACES2, puis avec les réformes du premier et du deuxième cycle et arrive aujourd’hui au 3ème cycle. Comme toute réforme, la Réforme du 3ème Cycle, R3C pour les intimes, nécessitera une transition qui appelle à la vigilance afin de ne léser aucun étudiant. A l’occasion de la parution du dernier arrêté3 permettant l’application de la réforme à la rentrée prochaine, nous avons souhaité vous proposer cet article informatif afin que vous puissiez mieux comprendre ses enjeux, tenants et aboutissants.

Pourquoi une réforme du troisième cycle des études médicales ?

Bien que la formation des médecins français soit reconnue dans le monde, elle reste néanmoins hétérogène entre les différentes facultés de médecine.

Le principal but de la réforme est d’améliorer et d’uniformiser la qualité de la formation des internes en médecine sur tout le territoire, en répondant mieux aux besoins de santé de la population.
Elle propose d’homogénéiser les outils pédagogiques existants et d’en mettre en place de nouveaux pour tous les étudiants de troisième cycle des études médicales.

Par ailleurs, améliorer la formation des internes en médecine, c’est aussi mieux répondre à leurs besoins de formation en accord avec leurs projets professionnels. C’est pourquoi la réforme propose un contrat pédagogique individualisé ainsi qu’un accompagnement toujours individualisé grâce à un référent pédagogique.

Un autre objectif de la réforme est la clarification des différentes filières de formation. En effet, aujourd’hui, un interne de Médecine Générale ayant pour projet de s’installer en ambulatoire n’a pas les mêmes attentes de sa formation qu’un interne de Médecine Générale réalisant le DESC4 de Médecine d’urgence. Pour proposer une formation plus adaptée, la Médecine d’urgence sera filiarisée et deviendra un DES à part entière. Dans le même élan, on note entre autres la filiarisation des DES de chirurgie et du DES de Gériatrie. Cette réforme permet donc la création de nouveaux DES et la suppression des DESC.

Cependant, tout interne désireux d’acquérir plus précisément certaines connaissances, et de se construire des compétences complémentaires, appartenant au champ d’action de son DES d’origine, aura la possibilité de suivre une FST5 ou une option, non obligatoire pour la validation de son DES.

Parmi les difficultés décrites par les internes et les jeunes chefs revient fréquemment la pression au changement de statut. C’est assez déroutant de passer du jour au lendemain du statut d’externe à celui d’interne, puis de celui d’interne à celui de médecin en pleine responsabilité. Cette réforme permet d’adoucir ces temps de transition par une autonomisation plus progressive et plus encadrée. Le but est de faciliter la prise de fonction des internes pour qu’ils deviennent sereinement des médecins en pleine responsabilité. La nouvelle réforme propose ainsi la création d’une maquette de stages en trois phases d’apprentissage avec des lieux de stages adaptés au niveau de l’interne. Ces trois phases sont constituées d’une phase socle, d’une phase d’approfondissement et d’une phase de consolidation.

Enfin, cette réforme dynamique permet à la formation des internes de mieux s’adapter à l’évolution de la médecine et aux défis auxquels elle doit faire face. En effet, elle repose en grande partie sur des arrêtés simples plus facilement modifiables que les décrets. Elle prévoit également un comité de suivi ainsi qu’une réévaluation régulière de la réforme en fonction des besoins des patients et des capacités pédagogiques.

La R3C et la Médecine Générale

La R3C prévoit donc un DES en 3 phases : phase socle en 1 an, phase d’approfondissement en 2 à 3 ans et phase de consolidation en 1 à 2 ans. Cette réforme sous-entend donc un passage des DES en minimum 4 ans.

Pour la Médecine Générale, nous avons souhaité et sommes parvenus à maintenir une formation en 3 ans. En effet, les capacités de formation sont pour l’instant insuffisantes pour proposer 4 ans de formation pertinente Les nouveaux internes de Médecine Générale n’auront donc pas, tant que le DES reste en trois ans, de phase de consolidation.

La nouvelle maquette de Médecine Générale consistera en une phase socle avec un semestre aux urgences et un autre en Médecine Générale ambulatoire (praticien niveau 1). La phase d’approfondissement est constituée d’un semestre en médecine polyvalente, un semestre en santé de la femme, un semestre en santé de l’enfant, et un semestre en SASPAS6. Cependant, devant l’impossibilité pour de nombreuses subdivisions de fournir un stage en santé de l’enfant ET un stage en santé de la femme, une mesure transitoire permet de remplacer ces deux stages par un stage couplé santé de la femme/santé de l’enfant et d’inclure ainsi un stage libre dans les 3 ans de formation.

La Médecine Générale ne propose pas d’option. Une liste de FST dites “d’intérêt” est précisée : addictologie, douleur, expertise médicale et préjudice corporel, médecine du sport, médecine scolaire et soins palliatifs. Toutefois, cette liste de FST n’est pas restrictive et les internes de Médecine Générale ont accès à toutes les FST, sous réserve que leur projet pédagogique et professionnel soit cohérent et réponde à un besoin de santé.

Comme toute réforme, la R3C nécessite une transition. Comment celle-ci se passera-t-elle ?

Les textes mettant en place la R3C ne suffisent pas à garantir, seuls, une mise en place parfaitement équitable pour les internes en cours de cursus. Les acteurs locaux, Départements Universitaires de Médecine Générale, Agence Régionale de Santé et associations et syndicats d’internes, ont désormais la responsabilité de l’application de la réforme. Par exemple, les internes arrivant en première année à la rentrée 2017 choisiront en premier lors des choix de stage et sur une autre liste de choix que celle des étudiants en cours de cursus. C’est aux commissions locales de proposer des listes de stage intéressantes pour tous les internes. Nous veillerons donc à bien accompagner les structures locales afin d’assurer une bonne équité. Le maître mot sera d’anticiper les demandes des étudiants en cours de cursus pour leur ouvrir des terrains de stage qui collent à leurs attentes.

Pour toute information supplémentaire, n’hésitez pas à consulter notre guide “La réforme du troisième cycle des études médicales en trois minutes ! (ou presque)” disponible sur notre site www.isnar-img.com (rubrique Les contributions et propositions). Vous pouvez également nous adresser directement vos questions à contact@isnar-img.com.

Co-rédigé par :
Carole LENEPVEU
Chargée de mission Villes du Nord à l’ISNAR-IMG,
Interne de Médecine Générale à Nancy.
et
Alexandre LOSORGIO
Chargé de mission Formation de l’interne à l’ISNAR-IMG,
Interne de Médecine Générale à Clermont-Ferrand.

————————————————————————-
1 R3C : Réforme du troisième Cycle
2 PACES : Première Année Commune des Etudes de Santé
3 Arrêté du 21 avril 2017 relatif aux connaissances, aux compétences et aux maquettes de formation des diplômes d’études spécialisées et fixant la liste de ces diplômes et des options et formations spécialisées transversales du troisième cycle des études de médecine
4 DESC : Diplômes d’Etudes Spécialisées Complémentaires
5 FST : Formations Spécialisées Transversales
6 SASPAS : Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée